Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 04:37

  logo_adfe.gif

 

Motion

 

Dans les consulats, la forte baisse du nombre d’agents s’accentue alors que la création de pôles régionaux consulaires, présentée comme une efficace modernisation du réseau, ne fait que masquer l’insuffisance de moyens.

La surcharge de travail est telle que certains postes font appel au bénévolat de nos concitoyens pour remplir des tâches administratives.

Le transfert de tâches des consulats vers les Pôles régionaux alourdit la gestion des dossiers et dégrade la qualité du service public.

Cette réforme génère un profond mécontentement.

L’Assemblée Générale de Français du Monde-  ADFE réunie à Paris le 28 août exige que le réseau consulaire reçoive une dotation budgétaire et l’affectation de personnels suffisantes pour rendre un service à la hauteur de ce que les deux millions de citoyens français résidant à l’étranger sont en droit d’attendre.

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Point de vue de Français du Monde
commenter cet article
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 03:26

  logo adfe

 

 

Motion

 

Les adhérents de Français du monde ADFE réunis en AG le 28 août 2010 expriment leur vive inquiétude face à la réforme des retraites annoncée et partagent la colère de leurs compatriotes.

Français établis à l’étranger, nous effectuons des carrières discontinues qui ne nous permettront pas d’atteindre un niveau de retraite décent.

Un grand nombre d’années de cotisations à l’étranger sont perdues pour nous, faute d’accords bilatéraux entre la France et les pays où nous avons travaillé.

Les femmes sont particulièrement pénalisées car elles abandonnent encore souvent leur emploi pour suivre leur conjoint. Les décotes instituées par la loi Fillon réduisent encore des retraites dérisoires.

Le recul de l’âge de départ à la retraite signifie en réalité l’impossibilité pour la majorité d’entre nous de bénéficier d’une retraite complète.

Français du monde- ADFE demande que soient pris en compte les aspects spécifiques des carrières discontinues des Français qui s’expatrient.

 

 

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Point de vue de Français du Monde
commenter cet article
25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 12:23

Que sont nos amis devenus
Que j’avais de si près tenus
Et tant aimés…

La complainte du pauvre Rutebeuf, combien de Français de l’Étranger peuvent la reprendre à leur compte. Après avoir enseigné le français, travaillé pour des ONG, monté des entreprises, été le pilier locale d’une ambassade, ils s’aperçoivent, au retour en France, qu’amis, fratries, parents sont dispersés ou disparus et qu’ils sont seuls ou presque, au pays natal, avec une retraite de quelques centaines d’euros. Accoutumés à l’adversité, ils se rétablissent, acceptent n’importe quels travaux, comme les immigrés, se contentent d’une petite place au soleil.

Les Français établis à l’Étranger, sont particulièrement vulnérables à une réforme des retraites fondée sur le seul report de l’âge légal et sur l’allongement de la durée de cotisation. La réforme de 2003, contre laquelle nous nous sommes vainement battus, a déjà produit des ravages dont nombre d’entre nous n’ont pas encore mesuré l’ampleur.

Un de nos points communs est la discontinuité de nos carrières : 3 ans de contrat ici, 2 ans d’activité indépendante là, des périodes de chômage, celles où on suit le conjoint, les périodes où des fonctionnaires doivent se mettre en disponibilité -c'est-à-dire suspendre leur carrière et leurs cotisations de pension- pour pouvoir être recruté local dans une école ou un poste diplomatique. Les Français résidant dans des pays au niveau de vie bas et à monnaie faible n’ont, quant à eux, pas même les moyens de cotiser volontairement au régime général de retraite de la sécurité sociale.
La précarité est notre lot, elle est cumulative et produit tous ses effets à l’âge de la retraite.
Nous voilà revenus à Rutebeuf.

Les Français de l’Étranger se retrouvent aux côtés des plus défavorisés, en particulier ceux qui ont connu de longues périodes de chômage, et aux côtés des femmes dont les retraites sont, aujourd’hui, deux fois moins élevées que celles des hommes.

Oui, il faut ajuster le système de retraite mais pas en faisant porter 90% de l’effort sur les salariés et presque rien aux revenus du capital. Le choix idéologique de Nicolas Sarkozy est une fois de plus sans ambiguïté.

Une autre réforme est possible, exigeante et juste. Elle passe par le partage de l’effort en taxant réellement les revenus du capital, par la baisse du taux de chômage, la formation des jeunes et la hausse du taux d’employabilité des seniors. Elle passe par la garantie du niveau de vie des retraités, par la prise en compte des choix individuels, notamment si l’espérance de vie est réduite par la pénibilité du travail. Elle passe enfin par le rétablissement de l’équilibre démographique avec un changement radical de la politique européenne en matière d’immigration, c'est-à-dire exactement l’inverse des choix à courte vue du gouvernement actuel.

Monique Cerisier-ben Guiga

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Point de vue de Français du Monde
commenter cet article
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 21:00

Le 7 juin ont eu lieu les élections européennes et celles des conseillers à l’Assemblée des Français de l’Étranger (AFE). Les enseignements que j’en tire, à titre personnel, sont les suivants :
Le renouvellement de la moitié de l’AFE, quoique concernant la moitié du monde, est une élection locale. Elle s’apparente aux élections du conseil général en France, certes avec des orientations politiques mais aussi le choix des hommes et des femmes les plus capables.
Les taux de participation restent très faibles quoique le vote par correspondance et le vote Internet soient autorisés. Le résultat montre une progression de Français du Monde – ADFE (FdM – ADFE) avec 25 élus pour 20 sortants Elle se développe dans plusieurs pays d’où elle était absente et se renouvelle en profondeur avec 13 conseillères (8 sortantes) et 17 nouveaux élus (8 anciens réélus).
 Au total le nombre de conseillers FdM – ADFE passe de 51 à 56 sur un total de 155 : il reste donc encore de la marge pour devenir majoritaire, ce qui reste notre ambition.
 La capacité d’une assemblée élue à changer de majorité doit être comprise comme une marque de démocratie. En attendant, il est encourageant de voir qu’à chaque scrutin la gauche progresse de plusieurs sièges dans un vote marqué par les positions locales, la notabilité et les réseaux d’affaires. 
 L’élection européenne elle aussi a été marquée par un record d’abstentions. Ceci exprime un désintérêt des affaires européennes, un sentiment d’éloignement des décisions et un doute quant à la capacité du parlement européen d’agir. Comment y remédier ? Sans doute en simplifiant le processus de prise de décisions et en les rendant intelligible. Et puisqu’on a peu parlé d’Europe dans cette campagne, je propose deux réformes :
Au niveau européen : un scrutin non plus national mais mixte. Une partie des députés européens serait élue à la proportionnelle sur des listes européennes permettant une vraie campagne et un vrai débat européen. Une autre partie serait élue au niveau national comme c’est le cas aujourd’hui Au niveau français : il faut revoir le découpage par grandes régions qui éloigne l’électeur et aller vers une circonscription par député qui permettrait un lien réel entre le député européen et ses électeurs.  
 J’y ajouterai une troisième réforme : rendre aux Français à l’étranger leur droit de vote aux européennes.

 Les résultats globaux sont clairs : il y a une majorité de centre-droit au Parlement Européen (PE) et une minorité social-démocrate. Je souhaite que ceci mette fin à l’accord dit technique qui partage la présidence entre le PPE et le PSE dans lequel les socialistes français seront beaucoup moins influents. Il est sain qu’il y ait une majorité et une opposition au PE. M. Barosso sera reconduit à la tête de la CE qui sera à dominante conservatrice. La priorité continuera d’être donnée à la libre concurrence au détriment de la politique sociale. Lorsque le traité de Lisbonne entrera en vigueur, ce sera un libéral conservateur qui sera désigné président de l’Europe pour 2 ans et demi.

Du recul généralisé de la social-démocratie, au moins un élément apparaît clairement, c’est celui de l’échec de la « troisième voie » qu’incarnait Tony Blair et dans une moindre mesure le chancelier Schroeder. Il nous faut trouver un autre modèle.

 Enfin au niveau français c’est en quelque sorte une défaite générale sauf pour les Verts, dont les idées sur le développement durable et l’engagement européen sont reconnus.

 On peut espérer qu’à l’instar des Grünen de Joschka Fischer, les Verts servent d’aiguillon idéologique au PS. Nous devons en tous cas porter une grande partie des propositions relatives au développement durable, à l’énergie et au cadre de vie. Une alliance verte, rose et Gauche constituera le socle d’une future majorité de gauche. De ce point de vue, le score du Modem clarifie les hésitations possibles.
 Même si c’est du bout des lèvres (28% de 40%), les électeurs français ont clairement laissé les mains libres à    Nicolas Sarkozy pour continuer sa politique économique et sociale. Ils ont également signifié au PS qu’ils n’ont pas confiance dans ses propositions pour sortir de la crise. Et une fois de plus celui-ci se retrouve face à lui-même et à l’obligation de repenser tout à la fois son projet politique, son fonctionnement, ses alliances et à se donner un chef.

Il doit en particulier apprendre ou réapprendre à trancher les choix nécessaires et à garder une position claire dans une certaine discipline.
 7 mois ont été perdus depuis le congrès de Reims : il doit donc agir urgemment et rapidement sous peine de disparaître.


Richard YUNG

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Point de vue de Français du Monde
commenter cet article
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 13:58

   Les Français établis en Afrique et dans les Amériques qui ont voté à gauche aux présidentielles de 2007 ont l'occasion de s'exprimer à nouveau pour élire 79 conseillers des Français de l'étranger. Ils ont toutes les raisons de rester fidèles à leur geste d'il y a deux ans, et même d'être rejoints par d'autres.

   Des promesses de campagne du Président, de la République, celle qui s'applique hors de France avec le plus de vigueur est la réduction des moyens de l'Etat, qu'il s'agisse de crédits ou de personnels. Que tout ceci s'habille d'un discours de réforme, nous expliquant que le ministère des Affaires étrangères "doit se transformer pour entrer dans le XXIème siècle" ne trompe personne. Il entre dans le nouveau siècle comme une administration affaiblie, estropiée, aux troupes désemparées.

   Et la gratuité des frais de scolarité offerte à un petit nombre de familles françaises dont les enfants sont lycéens n'a rien non plus pour apaiser le plus grand nombre. D'abord parce que l'on sait très bien que cette mesure, annoncée par Nicolas Sarkozy comme devant s'étendre à l'ensemble des classes jusqu’à la maternelle, n'ira pas, compte tenu de son coût, au-delà des trois classes du lycée. Ensuite parce qu'en raison de l'état des finances de l'Etat français, tout s'organise pour transférer le coût de cette mesure sur les autres familles, françaises et étrangères.

   Avec la hausse accélérée des frais de scolarité dans tous nos établissements à travers le monde, avec l'arrivée prochaine d'une taxe additionnelle de 6% ou de 2%, nos établissements deviennent de moins en moins accessibles aux familles étrangères à revenus moyens traditionnellement tournées vers la France. De plus en plus, ce sont les enfants d'une bourgeoisie d'argent qui nous arrivent, dont les parents achètent "l'éducation à la française " comme le meilleur et le plus chic produit sur le marché, avant de leur payer l'université américaine…

   Est-ce bien ce que
nous voulons ?

  
   Pendant ce temps, rien n'est fait pour élargir l'accès de la caisse de sécurité sociale des Français de l'étranger aux plus faibles : avec ses 160 000 bénéficiaires, elle ne couvre toujours que 12 % de nos compatriotes enregistrés dans nos consulats. Or dans le même temps, les aides consulaires diminuent, et avec l'arrivée prochaine des "pôles consulaires régionaux", nos consulats vont encore s'éloigner de leurs administrés.

   Est-ce cela la priorité promise aux Français de l'étranger ? Si faible que soit la voix des Français hors de France, l'occasion s'offre d'infliger au Gouvernement un vote sanction.


Ne passons pas à côté.

Le bureau national français du monde ADFE

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Point de vue de Français du Monde
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de FrançaisduMonde section de Buenos Aires (Argentine)
  • Le blog de FrançaisduMonde section de Buenos Aires (Argentine)
  • : Ce blog s'adresse plutôt aux Français vivant à l'étranger dont, plus particulièrement, ceux installés à Buenos Aires en Argentine
  • Contact

Français du monde-ADFE pour le cône sud

Logo 2012

 

 Circonscription du cône sud:

 

Argentine, Chili, Paraguay et Uruguay

Recherche