Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 00:15

 

Le temps des fondateurs

 

 L'ADFE est une association relativement récente : la première réunion de son Bureau constitutif s'est tenue à Paris le 18 novembre 1980, à l'initiative d'une poignée de militants et de personnalités très proches de François Mitterrand, alors Premier Secrétaire du Parti Socialiste. Leur projet : s'appuyer sur la montée des forces de gauche en France pour créer enfin une organisation représentative de tous ceux qui se sentent piétinés ou ignorés par les réseaux de notables traditionnels des communautés françaises expatriées. Etienne Manach', premier ambassadeur de France en République populaire de Chine de 1969 à 1975, personnalité de gauche sans attaches partisanes, en accepte la présidence d'honneur. La victoire du 10 mai 1981 va donner une impulsion décisive.

 

Dès 1982, le gouvernement d'union de la gauche instaure l'élection au suffrage universel des délégués au Conseil Supérieur des Français de l'Etranger : l'ADFE disposera désormais d'un groupe dans cette assemblée et étend rapidement son réseau de sections locales dans plus de 70 pays (116 en 1998). Cette période se clôt avec l'adoption de la Résolution de Cachan le 2 septembre 1984, véritable charte des objectifs de l'association : défense des droits sociaux, information et animation de chaque communauté française, représentation auprès des autorités françaises diplomatiques et consulaires. Enfin, l'ADFE est reconnue d'utilité publique en 1986

 

Les combats de l'ADFE-FdM

 

Les enjeux de notre combat se fixent dès les premiers mois de travail avec le cabinet du ministre des Affaires étrangères, Claude Cheysson ; la pulsation sera fournie par les étapes de l'alternance politique en France et par l'élection successive de trois sénateurs de gauche (jusqu'ici PS) représentant les Français établis hors de France.

 

Un chantier capital : les droits sociaux. L'ADFE joue un rôle décisif dans la création en 1984 des Comités consulaires pour la protection et l'action sociale (CCPAS), instituant la solidarité nationale là où il n'y avait que la charité plus ou moins intéressée des sociétés de bienfaisance. De même, elle est à l'origine de la loi Bérégovoy (1984), ouvrant la protection sociale à de plus larges catégories de cotisants au sein de la CFE (Caisse des Français de l'étranger) et, depuis, elle s'attache avec constance à obtenir la création de tranches de cotisations plus basses à la Caisse des Français de l'Etranger, avec l'objectif toujours actuel d'une protection pour tous. Presque à la même époque, intervient à son initiative la création des Comités consulaires pour l'emploi et la formation professionnelle.

Une action de longue haleine : le droit à un enseignement accesible et de qualité. Dès 1982-1983, élargissement et démocratisation des commissions locales et nationales des bourses scolaires, et instauration de règles générales visant à une plus juste répartition des crédits entre les consulats en fonction du profil moyen de la population concernée. Puis c'est, en 1990, la création de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE) et l'amélioration notable des conditions de rémunération des personnels titulaires recrutés localement. La question du coût des études, en revanche, reste posée pour les enfants non boursiers des familles de la classe moyenne dans les pays à bas niveau de vie ou à scolarité très chère (par exemple, les Etats-Unis).

 

Sur tous ces dossiers techniques, aussi bien le Bureau national que les représentants de l'ADFE siégeant dans les commissions du CSFE ou au sein d'autres organismes tels que la CFE ou l'AFPFE (Association pour la formation professionnelle française à l'étranger) acquièrent peu à peu l'expertise nécessaire, faisant reculer la condescendance initiale de nos adversaires et des cabinets ministériels. A plusieurs reprises, des responsables de l'ADFE contribuent à des rencontres et colloques tels que, parmi d'autres, le 3ème Forum francophone des affaires (1991), le colloque au Sénat (1992) sur «Entreprise et expatriation : vers de nouvelles orientations» ou celui de Strasbourg, la même année, sur la coopération linguistique et culturelle en Europe.

 

Un combat nouveau : les droits des étrangers

 

De 1986 à 1988 puis de 1993 à 1997, l'ADFE fait l'expérience du combat en situation d'opposant. Face à une droite talonnée par la montée du Front National, elle rejoint le combat contre la nouvelle politique à l'égard des étrangers, qu'il s'agisse des expulsions sans procédure judiciaire, de la réforme du code de la nationalité ou de la politique des visas. Dès la victoire de la droite aux élections législatives de 1986, Edith Cresson, - qui vient de succéder à Louis Périllier à la présidence de l'ADFE - demande une audience au nouveau ministre des Affaires étrangères. C'est là un nouveau champ d'action pour l'ADFE qui compte dans ses rangs beaucoup de familles binationales. Elle y approfondit sa ligne d'indépendance, y compris à l'égard de responsables politiques et de formations partageant sa sensibilité de gauche

 

Autre urgence des années 90 : les rapatriements de compatriotes en provenance de pays secoués par la violence en Afrique, au Moyen Orient, en Haïti. L'ADFE et nos sénateurs s'efforcent d'aider et de conseiller, mais le décalage est parfois accablant entre ce qu'il faudrait faire et ce que nos moyens nous permettent de faire. Parmi tant de détresses, celle des Français d'Algérie doit être soulignée : une insertion difficile en France pour les uns, la menace constante d'une mort violente pour des milliers de binationaux restés sur place.

Enfin, l'ADFE se trouve au cœur des combats pour l'élection des douze sénateurs représentant les Français établis hors de France dont les grands électeurs sont les délégués élus du CSFE (aujourd'hui AFE). L'ADFE, en tant que telle, ne présente pas de candidats, mais c'est notre force électorale au CSFE, produit du travail de terrain des sections, qui va permettre la conquête progressive de trois sièges par la gauche. Jean-Pierre Bayle est élu sénateur en 1983, suivi de Guy Penne en 1986 (réélu en 1995) et de Pierre Biarnès en 1989 (réélu en 1998). En 1992, Monique Cerisier ben Guiga succède au sénateur sortant Jean-Pierre Bayle et est réelue en 2001. En 2004, Richard Yung est élu dans la suite de Guy Penne qui ne se représentait pas.
Certes, la droite reste à ce jour très majoritaire chez les sénateurs de l'étranger, comme à l'AFE. Mais les progrès de l'ADFE sont réguliers et le groupe des élus ADFE et apparentés est actuellement le deuxième groupe de l'Assemblée des Français de l'Étranger.

 

Français du Monde

 

 "Français du Monde" est né avec l'ADFE. Constituée en 1980 pour combler un vide (la seule association existante étant manifestement trop "apolitique" pour porter les revendications et les espoirs du "peuple de gauche" à l'étranger), l'ADFE a besoin de se faire connaître vite avant des échéances que l'on devine décisives : élections présidentielles de 81, élections CSFE de 82. Le meilleur moyen, c'est un journal, ce sera "Français du Monde".

 

Le premier numéro paraît en novembre 1980, dans l'enthousiasme. Il s'adresse à "tous les Français dans le monde". En guise d'éditorial, un simple "appel", et déjà l'exigence essentielle : "Nous sommes 1.300.000. Nous sommes Français. Nous vivons à l'étranger (...). Nous sommes une force (...). Français à l'étranger, nous voulons être Français à part entière !"

 

Le beau titre du journal est trouvé, le slogan de l'ADFE aussi, ils ne changeront pas. Le premier sujet abordé donne le ton par son titre-choc : "Enseignement à l'étranger : un budget de misère". Dès le numéro 2, l'accent est mis sur ce qui va rester primordial : l'enseignement, la protection sociale. Dans un remarquable éditorial, Etienne Manach', ambassadeur de France et président d'honneur de l'ADFE, inaugure le dialogue avec nos compatriotes lointains : "Je sais quelles sont les satisfactions que donne le séjour en terre lointaine, cette ivresse que procure l'élargissement soudain des monotones horizons, la joie de l'aventure et de la découverte, l'enrichissement de l'esprit au contact de nouvelles cultures, la fierté de représenter dans les périphéries éloignées une vieille nation toujours jeune... Mais je sais aussi quels sont les soucis et les servitudes de l'exilé : la séparation de la famille, les difficultés de l'adaptation à une société différente, les problèmes de la scolarisation et de la santé des enfants, et cette solitude qui, dans certains pays totalitaires, mène parfois les plus faibles jusqu'à la dépression nerveuse". Les réponses ne tardent pas. Le numéro 3 publie la liste des 17 premiers correspondants dans les cinq continents, le numéro 4 voit fleurir un "courrier des lecteurs" et fait le premier point sur la francophonie.

 

En juin 1981, Gérard Jacquet, président de l'ADFE, salue dans son "édito" l'élection de François Mitterrand. Le journal publie un message du nouveau président aux Français de l'étranger et pose les problèmes des doubles nationaux. Puis, devenu mensuel à partir de ce cinquième numéro, il va, en quelques mois, faire le tour des secteurs sensibles : la couverture sociale des expatriés ("plus qu'une nécessité, un droit"), les entreprises à l'étranger (n°6) ; la scolarisation (n°8) ; les femmes à l'étranger (n°9) ; le CSFE (n°12)... Avec, chaque fois, les propositions novatrices de l'ADFE qui, bénéficiant d'un tel écho, vont faire peu à peu leur chemin.

 

L'ADFE-FdM au XXIème siècle

 

En l'an 2000, au cours de cette année charnière entre le deuxième et le troisième millénaire, notre association a fêté ses vingt ans. Un peu partout dans le monde, les sections ont organisé des fêtes ; et, à Paris, l'Assemblée générale a été marquée par une manifestation à la fois conviviale, où les anciens côtoyaient les nouveaux, et symbolique, puisqu'elle s'est déroulée sous les ors de la République.

 

Mais il n'y a pas que les symboles, les réalités sont là : un succès sans précédent aux élections pour le CSFE, la mise en route de ce site internet, un nouveau logo coloré et dynamique, et une nouvelle appellation encore plus parlante : ADFE - Français du Monde, notre association va de l'avant.

 

Elle a largement contribué à la réforme de la CFE qui a enfin admis le principe d'une solidarité nationale réellement étendue hors des frontières. Elle reste très impliquée dans la réflexion engagée sur la réforme du CSFE et sur celle de l'AEFE. Elle apparaît plus que jamais comme une force de proposition.

Partager cet article

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Français du monde
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de FrançaisduMonde section de Buenos Aires (Argentine)
  • Le blog de FrançaisduMonde section de Buenos Aires (Argentine)
  • : Ce blog s'adresse plutôt aux Français vivant à l'étranger dont, plus particulièrement, ceux installés à Buenos Aires en Argentine
  • Contact

Français du monde-ADFE pour le cône sud

Logo 2012

 

 Circonscription du cône sud:

 

Argentine, Chili, Paraguay et Uruguay

Recherche