Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 02:21

Section  locale  de Buenos Aires”

 

Bilan des actions de la section  Français du Monde-Adfe de Buenos Aires

 

Mars 2011 à Juillet 2011

 

30 mars 2011  Organisation d´une conférence-débat avec Eurofam.ar  « Familles d´Européens disparus en Argentine » intitulée « Pour Cristina Cialceta, Yves Domergue et tous les disparus « Jamais Plus ».

Conférence animée par Eric Domergue, Lita Boitano, mère de deux enfants disparus ; Vera Jarach, mère de Place de Mai ; Juliana Cagrandi, professeur lycée de Melincué ;Ema Cibotti, historienne ;Liliana Samuel , journaliste ; Marc Jamin, Représentant A.F.E et Enrique Arnoux Adfe.

Pour cette occasion, la  Maison de la Province  de Santa Fé  a été mise à notre disposition par le Docteur María Elena Barbagelata, Déléguée du Gouvernement de la province de Santa Fe à Buenos Aires.

 

 

P1060390

 

Voir aussi dans notre blog:

 

http://www.fdmadfeconesud.com/article-les-corps-d-yves-domergue-et-de-sa-compagne-disparus-pendant-la-dictature-argentine-retrouves-54793354.html 

 

31 mars 2011

Participation à la réunion du Comité de Sécurité à l´Ambassade de France.

Présentation et analyse du plan de sécurité et des types de risques ( risques aux personnes et risques naturels) . Analyse de la population française en Argentine et étude des risques potentiels. Organisation prévue en cas de crise et bilan sur le tremblement de terre au Chili.

 

31 mars 2011

Invitation de M. l´Ambassadeur de France, Jean-Pierre Asvazadourian à participer à une réception avec la présence des consuls honoraires d´Argentine pour clore la réunion de travail du Comité de Sécurité.

 

8 mai 2011

Participation à la réunion organisée à l´occasion du 66ème anniversaire de la fin de la 2nde guerre mondiale, organisée par l´Union Française des Anciens Combattants.

Dépôt de gerbe et repas.

 

8-mai-2011-4.jpg

 

 

Avril 2011

Participation au Comité de la Commission Locale des Bourses.

 

17 mai 2011

Réunion de bureau.

 

10 juin 2011

Organisation d´une rencontre conviviale  d´adhérents et sympathisants avec la participation de Monsieur Patrick Flot, Consul Général et Marc Jamin,  qui ont annoncé  la récente signature de l´accord de  la  convention de sécurité sociale entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République argentine ainsi que l´aboutissement des démarches administratives du nouvel espace de solidarité pour la communauté française à travers le Fondation d´Entraide des Français en Argentine.

 junio-2011-597.jpg 

22 juin 2011

Participation à la 1ère réunion d´information sur les Bourses aux parents du lycée Jean Mermoz organisée par le Consulat Général de France, avec les représentants du bureau social et  la Vice-Consul,Camille Pauly,

A cette occasion les parents ont été informés de la politique de la France concernant les objectifs et modalités d´attribution de bourses pour venir en aide aux familles les plus défavorisées ainsi que la PEC destinée aux élèves de 2nde, Première et Terminale.

Fonctionnaires du Consulat et notre représentant Marc Jamin ont répondu aux questions des parents .Une quarantaine de familles étaient présentes d´un total de 220 familles boursières du lycée Jean Mermoz.

 

29 juin 2011

Participation à la 1ère réunion d´information sur les Bourses aux parents du collège de l´Alliance Française de Martinez organisée par le Consulat Général de France et les représentants du bureau social.

Une soixantaine de familles d´un total de 75 familles boursières à Martinez ont assisté à cette réunion.

 Cette rencontre s´est terminée par un pot convivial organisé par le Conseil d´Administration du collège, pour remercier les membres présents et l´initiative des organisateurs.

 

 

Prochaines réunions prévues :

2 juillet 2011 – Réunion du bureau

 19 juillet 2011 – Réunion avec associations françaises et franco-argentines , organisée par Consulat et présidée par l´Ambassadeur de France.(Ordre du jour :

 

1) Information sur les élections françaises 2012 et les modalités de vote en Argentine

 

2) Présentation de la nouvelle Fondation d'Entraide des Français en Argentine

 

3) Activités du Consulat:                       *  Retour sur l'organisation de la Journée de la Défense et de la Citoyenneté / JDC 

                                                           * Point sur  l'aide sociale du Consulat 

4) Questions diverses et suggestions des participants

 

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Section locale de Buenos Aires
commenter cet article
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 00:33

Un « pôle régional consulaire » vient d’être créé à Buenos Aires[1]. Cette réorganisation administrative qui touche trois consulats (Buenos Aires en Argentine, Montevideo en Uruguay et Asunción au Paraguay), se décline en un transfert de compétences : les services d'inscription consulaire, de la nationalité et de l'état civil de Montevideo sont déplacés vers Buenos Aires tandis que seuls les services de rédaction d'état civil d’Asunción sont transférés vers la capitale argentine[2].

Cette réforme, qui touche aussi d'autres consulats dans le monde, n'est pas une surprise. Elle vient en droite ligne d'une décision prise de longue date et en haut lieu, comme nous le rappelait le 3 septembre 2007 M.Kouchner, ministre des Affaires étrangères, lors de l'ouverture de la septième session de l'Assemblée des Français de l'étranger: "Une réflexion plus large a en outre commencé concernant l'avenir de notre réseau. Alors que notre monde évolue en permanence, il est impératif que nous soyons capables d'adapter notre représentation aux nouveaux enjeux et aux nouvelles lignes de force auxquels elle répond. Je pense par exemple à la régionalisation de certains services ou à la mutualisation de compétences."

Dans ce même discours, on pouvait trouver également un appel à l'efficacité de notre réseau consulaire dans le monde: "...ces Français d'ailleurs, Français malgré la distance, encore plus Français parfois du fait des distances, sont une chance pour notre pays. Il nous appartient d'apporter les réponses qu'ils attendent et ils seront alors d'autant plus nos alliés pour accompagner les évolutions de notre pays." Ou encore, expliqué plus prosaïquement, M. le Ministre s'attachait à démontrer qu'à travers son réseau diplomatique et consulaire dans le monde l'objectif de la France était de rayonner encore plus et d'être chaque fois plus efficace afin de répondre aux besoins des Français ayant choisi l'expatriation.

 

Pourtant, malgré cette volonté affichée, on peut douter que le pôle régional consulaire gagne en efficacité.

Comme le cite une source sûre, "le fait même de répondre en réorientant [les dossiers de rédaction de l'état-civil] sur [le pôle consulaire] demandera du temps.  De plus, l’obligation de légalisation par l’ambassade de chaque document (…), indispensable pour l’établissement d’une transcription par le Consulat Général (…), rendra encore plus difficile et incompréhensible la nouvelle répartition des compétences puisque, de fait, tous les dossiers de transcription transiteront initialement par [les services consulaires du pays concerné] en vue de légalisations." On se retrouve devant un incessant aller-retour de dossiers, une débauche d'énergie et une perte de temps pour un résultat équivalent, avec même à la clef des possibles pertes de dossiers en chemin.

Plus insidieusement, cette réforme aboutit également à une perte nette de personnel employé dans le réseau consulaire.

A Buenos Aires, est créé un demi-poste supplémentaire afin de pallier l’accroissement des charges consulaires mais en même temps, le consulat de Montevideo perd un poste à temps plein. Celui d’Asunción a, pour cette année, réussi à sauvegarder provisoirement un poste qui semblait condamné. La balance est d’ores et déjà négative et risque même de s'alourdir encore si le poste du consulat au Paraguay n'est pas pérennisé. Par conséquent, la charge des employés consulaires de notre région qui était déjà bien lourde s'en trouve encore accrue à tel point que le consulat de Montevideo s'est empressé d'accepter les aides bénévoles afin de désengorger l'accumulation de tâches. Ainsi, cinq personnes, dont l’une d’entre elles est membre de la section locale de Français du Monde-ADFE de Montevideo, ont chacun laissé leur numéro de téléphone personnel afin qu’ils puissent être joints pour donner des renseignements sur des thèmes bien précis, comme par exemple les bourses, lorsque le seul employé resté au Consulat n’aura plus le temps matériel de le faire.  Comme le dit notre adhérent de Français du Monde : « Reste à savoir comment on se débrouillera quand la seule fonctionnaire qui restera tombera malade ou partira en congé!! » et d’ajouter lucidement : « (…) Nous assistons (…) au démantèlement de notre réseau consulaire (…) ». Nous sommes déjà bien loin du discours de M. le Ministre !

 

Voici donc à l’heure actuelle le bilan d’une réforme qui confirme un désengagement de l’Etat (suppression de personnel) pour un gain efficacité qui reste à prouver. Est-ce ainsi qu’il fallait comprendre les paroles de M. le Ministre ? Réforme, modernisation, gage d’une meilleure efficacité lorsqu’on demande à des gens de bonne volonté de pallier les carences de l’Etat?  N’est-ce pas l’arbre des éternels discours qui cache la forêt des actions purement comptables caractérisant l’attitude de ce gouvernement dès qu’il s’agit de traiter de la bonne marche de la Fonction publique ?

 

J.Guillot

Administrateur de Français du Monde-ADFE

Circonscription du « Cône sud » en Amérique du sud

 

[1] Voir à ce sujet notre article sur le blog de Français du Monde-cône sud: « Pôle consulaire régional dans le cône sud » et sur lequel on pourra retrouver plus de détails concernant cette réforme:

http://fdmadfe.conesud.over-blog.com/article-pole-consulaire-regional-dans-le-cone-sud-50263331.html

 

[2] Précision : certaines de ces compétences sont « partagées » entre le consulat d’origine et celui de Buenos Aires plutôt que « transférées ».

Mai 2010

Dans la perspective de la mise en place du pôle consulaire régional de Buenos Aires, le ministère des affaires étrangères et européennes a publié, le 20 avril dernier (JORF n°0092), deux arrêtés relatifs aux compétences des ambassadeurs de France en Uruguay (arrêté du 6 avril 2010) et au Paraguay (arrêté du 8 avril 2010).
Les compétences des ambassadeurs de France à Montevideo et Asunción relatives à la tenue du registre des Français établis hors de France et à la délivrance et au renouvellement des titres de voyage (à l'exception de la délivrance et du renouvellement des passeports d'urgence et des laissez-passer) ainsi que leurs attributions en matière d'état civil et de nationalité ont été transférées au consul général de France à Buenos Aires.

Arrêté du 6 avril 2010 relatif aux compétences du consul général de France à Buenos Aires et de l'ambassadeur de France en Uruguay:

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000022120336&dateTexte=&categorieLien=id

Arrêté du 8 avril 2010 relatif aux compétences du consul général de France à Buenos Aires et de l'ambassadeur de France au Paraguay:
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000022120348&dateTexte=&categorieLien=id

Sources:

Richard Yung

Sénateur représentant les Français établis hors de France
Membre de la commission des lois / Membre de la commission des affaires européennes

Palais du Luxembourg - 75291 PARIS Cedex 06
Tél : 01 42 34 34 07 - Fax : 01 40 51 06 15

http://www.senateursdesfrancaisdumonde.net/richard-yung/ et http://www.richardyung.fr/

 

ryung1009.jpg 

 

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Section locale de Buenos Aires
commenter cet article
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 21:21

 

 

 

   Les récentes élections concernant l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE) ont conclu la fin d’un cycle pour la section de Buenos Aires de Français du monde-ADFE.

 

   Pour comprendre le chemin parcouru, il faut revenir à quelques années en arrière.

   En 2003, à la suite du précédent scrutin « AFE », le bilan de l’ADFE à Buenos Aires était calamiteux. Avec un total de votes inférieur à 17% dans la circonscription du Cône sud nous perdions le siège de Conseiller à l’AFE, et, un malheur n’arrive jamais seul, la section de l’ADFE de Buenos Aires disparaissait.

 

   Lorsqu’à cette époque, quelques obstinés décidèrent de faire revivre l’ADFE à Buenos Aires en reprenant tout à zéro, trois objectifs très clairs et très précis se profilaient devant eux:

1)      recréer une section digne de ce nom;

2)      marquer notre présence à Buenos Aires au sein de la communauté française en revendiquant notre position politique à gauche ;

3)      travailler tout de suite dans le but de récupérer en 2009 le siège de Conseiller perdu.

 

   Les défis étaient énormes.

 

   Nous ne referons pas ici l’historique du chemin parcouru mais insisterons seulement sur quelques faits incontestables.

   Actuellement, et avec une croissance continue depuis 2003, la section Français du Monde-ADFE de Buenos Aires compte vingt-six membres, de nouveaux statuts ont été écrits, elle possède son logo propre, ses diverses activités sont recensées dans un blog de Français du Monde pour la section du cône sud.

Notre section est présente dans les diverses réunions consulaires et d’ambassade officielles (bourses scolaires, aide sociale, formation et emploi…). Nous avons organisé diverses réunions d’ordre politique ; nous avons participé également à des activités festives ; en juin 2008, nous avons reçu Mme Monique Cerisier ben Guiga, sénateur du Parti socialiste français représentant les Français hors de France au siège du PS argentin et tout récemment, nous avons accueilli M. François Nicoullaud, actuel président de notre association. Enfin, une permanence consulaire fut inaugurée en 2007 par la regrettée Odette Reca.

   Et, en obtenant 29,98% des suffrages lors des élections pour l’AFE le 7 juin dernier, Français du Monde –ADFE récupère le siège perdu en 2003.

 

   Ces succès sont dus à la persévérance de tous. Chacun a pu, à sa manière, contribuer à reconstruire un édifice dont la réussite était, au départ, loin d’être évidente.

   Nous avons eu également la chance de trouver un candidat idéal pour nous  représenter aux élections en la personne de Marc Jamin lequel, grâce à la notoriété de son parcours professionnel en Argentine et une campagne remarquable, a pu récolter les votes nécessaires à son élection.

 

   Nous n’avons guère de temps pour profiter de ce triple succès car déjà, d’autres défis nous attendent.

   Dès maintenant, un nouveau bureau doit être désigné, les statuts devront être légèrement modifiés en accord avec l’évolution de notre association et nous devons dès maintenant commencer à travailler pour conserver ce siège si chèrement acquis afin que la Gauche démocratique puisse continuer à avoir son mot à dire dans notre circonscription.

   Ceci ne passe que par une forte implication de notre part envers nos concitoyens français à Buenos Aires et en Argentine. Ce vote nous donne une représentativité et une légitimité plus fortes ce qui nous permettra d’agir plus et mieux.   

 

   Nous sommes fiers du chemin accompli et impatients de continuer notre route.

 

 

Les membres du bureau sortant de la section Français de Monde-ADFE de Buenos Aires

                                                                                                                                  

 

Juin 2009

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Section locale de Buenos Aires
commenter cet article
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 21:55

  Samedi 31 mai, à l’invitation des sections de Buenos Aires de FDM-ADFE et du Parti socialiste français, une quarantaine de personnes ont bravé le froid pour se retrouver au siège du Parti socialiste argentin afin d’accueillir, écouter et échanger quelques propos avec Mme Monique Cerisier Ben Guiga, sénatrice des Français à l’étranger de passage en Argentine.

   Ambiance détendue, autour des traditionnelles « empanadas », de sandwichs bien typiques de l’Argentine et d’un bon vin, mais assemblée attentive. Mme Ben Guiga n’a pas manqué de souligner l’importance de ce type de réunion d’autant que la qualité des personnes présentes témoignaient de la richesse et la diversité de notre communauté : délégué à l’AFE, personnel des services culturels ou consulaires, journalistes, enseignants, commerçants, artisans, artistes…

   Répondant aux nombreuses questions, Mme Ben Guiga a fait un tour d’horizon général de la situation des Français à l’Etranger sous la présidence Sarkozy avec toutes les craintes que cela suscite pour les gens de la gauche : politique consulaire et de l’Agence pour l’enseignement du français à l’étranger, sur fond de restriction budgétaire, réflexion concernant les Français d’Argentine, situations plus personnelles, difficultés rencontrées au quotidien par nos compatriotes, Beaucoup de sujets furent évoqués !

   Au sujet des futures élections pour l’Assemblée des Français à l’étranger prévues en 2009, Mme la Sénatrice a insisté sur l’importance de mobiliser le maximum de personnes pour aller voter.

   A la fin de cette réunion chaleureuse, Mme Ben Guiga n’a pas manqué d’insister sur la réussite de cette rencontre ce qui montrait bien qu’il était possible de mobiliser les gens de gauche et que ce nouvel élan donné ne devait aucunement s’arrêter là.

   Signe de succès de cette journée ? Les promesses d’adhésion émises par de nombreuses personnes et qui, nous l’espérons, deviendront réalité d’ici deux mois.

 

Section FDM-ADFE de Buenos Aires

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Section locale de Buenos Aires
commenter cet article
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 16:05

Alors qu’elle avait disparu en 2003 après les élections relatives à l’Assemblée des Français à l’étranger,  la section locale de Français du Monde-Association démocratique des Français à l’étranger (FDM-ADFE) est de retour à Buenos Aires.

 

Cette association, née en 1980, fut composée par des personnes qui ne souhaitaient pas adhérer à la seule association représentative des Français à l’étranger qui existait alors. C’est ainsi qu’ils décidèrent, soutenus par des membres du Parti socialiste, de créer une association plus proche de leurs idées.

Néanmoins, FDM-ADFE ne se présente pas à travers un seul parti mais plutôt dans la mouvance de gauche. Indépendante et pluraliste, elle se base sur quelques principes clairs: démocratie, solidarité, justice sociale, tolérance et transparence.

Présente actuellement dans plus de 90 pays, elle se bat pour que les Français de l'étranger soient traités comme des Français à part entière.

 

La progression de la section locale FDM-ADFE de Buenos Aires est très vive puisqu’elle n’a cessé de voir le nombre de ses adhérents augmenter depuis 2003.

 

Ce dynamisme nous a permis de marquer à nouveau notre  présence tant dans les différentes réunions officielles consulaires dont la commission des bourses scolaires et les comités pour la protection et l’action sociale que dans l’organisation de réunions sur des thèmes divers comme les dernières élections en Argentine et en France.

 

Nous sommes désireux, maintenant, de franchir un nouveau pas.

C’est-à-dire accueillir de nouveaux adhérents ou de nouveaux sympathisants afin de donner à notre section plus de force et de richesse, de gagner en vitalité et en diversité. C’est dans cette optique que nous venons d’ouvrir ce site. Au fil des semaines, il se verra enrichi d’informations diverses susceptibles de vous intéresser et de vous aider au mieux dans votre vie quotidienne en Argentine et à Buenos Aires.

 

N’hésitez pas à nous contacter pour vous informer, pour nous rejoindre.

 

Pour les membres du bureau de la section locale de Buenos Aires,

 

Josiane Thierry

Présidente de la section locale FDM-ADFE de Buenos Aires

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Section locale de Buenos Aires
commenter cet article
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 14:53

    On le sait, la décision des autorités françaises de ne pas ouvrir les portes de l’ambassade à toute la communauté française à l’occasion des festivités du 14 juillet a provoqué force émois et réactions de la part de nombreuses personnes ; réactions que nous avons pu lire dans la presse francophone locale. Une fois les colères apaisées, il nous semble nécessaire de réfléchir sur la portée symbolique de cette décision laquelle, de notre point de vue, dépasse de loin la raison officielle qui a été avancée.

 

   En effet, l’argumentation est des plus simples : « Les caisses sont vides. », c’est M.Sarkozy qui l’a dit; alors il faut se serrer la ceinture.

   Parmi les choix d’économie, la traditionnelle réception à l’ambassade pour le 14 juillet en a donc fait… les frais si bien qu’un quota correspondant à un nombre de personnes précis a été décidé par les services de l’ambassade. La « sélection » de ce contingent s’est effectuée à partir de personnes considérées comme « représentatives » de notre communauté.

   Voilà pour les faits.

 

   Cette décision est-elle justifiable ? A notre avis non et ce pour plusieurs raisons.

  Le 14 juillet est l’occasion de réunir tous les Français autour d’un évènement qui nous appartient à tous. Hautement symbolique, ce moment solennel représente l’union d’un peuple avec son pays ; cette date forge notre identité en tant que nation.

   En France, il y a le traditionnel défilé du 14 juillet, sans oublier la fête avec les bals et les feux d’artifice. A l’étranger, la coutume veut qu’à l’occasion du 14 juillet l’ambassade ouvre ses portes. Pendant une heure ou deux, on vient boire un peu de champagne, manger des petits fours, écouter des airs du pays joués par un orchestre-fanfare au style un peu désuet, saluer les représentants officiels de notre pays en Argentine, voir des têtes connues, retrouver, et c’est peut-être l’élément finalement le plus important, de vieilles connaissances ; c’est l’occasion de se voir un peu, d’échanger des nouvelles. Bref, de sentir, pendant ce laps de temps, notre pays sous un air de fête. Tout cela dans une ambiance bon enfant. Nous ne saurions dire combien ce moment est important pour beaucoup d’entre nous. Nous pensons tout particulièrement à toutes celles et tous ceux qui ne sont plus revenus au pays depuis longtemps. Ainsi, et ce quelles que soient les raisons évoquées, la décision de limiter l’entrée à l’ambassade prive beaucoup de Français d’un moment festif affectivement important. Voilà pour la première erreur.

   Ensuite, l’Etat faillit à sa mission de gardien de la mémoire, de ce qui structure notre nation. Lorsque M.Kouchner dit que « Le 14 juillet est un moment privilégié. », ou que le même M.Sarkozy qui considérait en 2007 que « le 14 juillet, ce doit être une fête souvenir mais aussi une fête populaire », on voit bien que ces belles et fortes paroles ne sont guère suivies d’effet et qu’il serait préférable de ne pas dire ce genre de choses quand on n’est pas capable de les tenir. D’autant qu’au même moment, on incite les associations françaises à organiser le plus possible d’événements permettant justement de créer des liens entre les membres de notre communauté. Les autorités françaises ne sont plus à une contradiction près.

   Mais, non seulement notre administration se ferme à certains, en plus elle sélectionne. Ce quota, élaboré à partir de ceux qui jouent un rôle dans la communauté française, ceux qui sont actifs, les forces vives, met de côté les autres qui, après une vie bien remplie, faite de travail et de labeur, s’entendent dire qu’ils ne servent plus à rien parce qu’ils sont trop vieux. C’est ce qu’on appelle le don de la reconnaissance dû aux efforts faits pour son pays. On peut imaginer ce qu’ils ont dû ressentir au fond d’eux-mêmes.

 

   On ne peut critiquer objectivement ce désir de dépenser au mieux les deniers de l’Etat. Mais le choix ici est-il le bon ? Peut-être que les festivités du 14 juillet auraient pu être traitées différemment : on aurait pu dire c’est une fête de tous les Français, donc on ne touche pas à ce rendez-vous hautement symbolique et rassembleur mais cela ne nous empêche pas de faire tout de même quelques tailles budgétaires quant à l’organisation de cet évènement ; ou alors puisqu’il faut serrer le budget, on ne fait pas de fête du tout ! C’est pour tout le monde ou pour personne, ainsi, on ne reste pas dans cette sensation d’entre-deux où on fait quand même la réception mais avec « les meilleurs ». Ou alors tout simplement, on décide de faire des économies ailleurs.

 

   Car en effet, et c’est peut-être là ou cela fait le plus mal, cette décision vient au moment ou nous avons l’étrange sensation que nos instances dirigeantes se désintéressent d’une certaine partie de sa population ou, tout du moins, ne prêtent pas la même attention à tous.

   On peut mettre facilement en parallèle les 13 et 14 juillet qui viennent de se dérouler à Paris où se retrouvèrent une multitude de chefs d’Etat pour célébrer l’Union pour la Méditerranée. Il est fort probable qu’à cette occasion on n’a pas trop dû penser à rogner sur les dépenses. Et puis que dire des 172% que le chef de l’Etat s’est généreusement octroyés comme augmentation de traitement ? Quand on parle d’économies, cette appréciation salariale n’apparaît-elle pas purement et simplement scandaleuse ? On peut en effet trouver d’autres décisions qui montrent un même désir de sélectionner. Ainsi, la traditionnelle « garden-party » de l’Elysée n’est-elle plus ouverte qu’aux seuls « Français méritants » ce qui a permis de réduire le nombre d’invités et de mettre à l’écart certaines personnes représentatives de notre société. On pourrait d’ailleurs se demander à quel titre quelqu’un est ou non méritant. Il suffit de lire les journaux pour trouver d’autres exemples. Toutefois, nous retiendrons cette phrase toute récente de l’écrivain et cinéaste Gérard Mordillat, qui à propos d’une autre décision gouvernementale très controversée, disait : « On fait passer l’unité nationale derrière l’intérêt de certains », pour le paraphraser, on pourrait dire que, pour le 14 juillet, on fait passer l’unité nationale derrière des intérêts purement économiques.

 

   C’est la raison pour laquelle la section Français du monde-ADFE de Buenos Aires considère cette mesure comme profondément injuste et demande solennellement aux autorités françaises de ne pas appliquer cette malheureuse décision l’année prochaine en 2009.

 

Section “Français du monde-ADFE de Buenos Aires”

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Section locale de Buenos Aires
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de FrançaisduMonde section de Buenos Aires (Argentine)
  • Le blog de FrançaisduMonde section de Buenos Aires (Argentine)
  • : Ce blog s'adresse plutôt aux Français vivant à l'étranger dont, plus particulièrement, ceux installés à Buenos Aires en Argentine
  • Contact

Français du monde-ADFE pour le cône sud

Logo 2012

 

 Circonscription du cône sud:

 

Argentine, Chili, Paraguay et Uruguay

Recherche