Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 septembre 2016 7 18 /09 /septembre /2016 01:47
Les petites pépites de la Grande scène ouverte du 24 septembre (seconde partie)

Voici la seconde partie de nos pépites...

“El tango y la música coral francesa”

El Coro de la Comunidad y el de alumnos del Colegio Franco Argentino, dirigidos por Reinaldo Arena, interpretarán obras corales de Piazzolla, Cobián, fragmentos de “Los Miserables” y “Los coristas” finalizando con el Aria y Coro del Toreador de la ópera “Carmen “ de Georges Bizet, cantará como solista el barítono Alejandro Meerapfeel, artista estable del Teatro Colón.

30 minutos de música coral Argentina y Francesa con las mejores voces y solistas.

Duo Acoustique (guitare/voix)

Les Troubadours de Buenos Aires

Les plus belles chansons françaises en style jazz et country...comme si vous y étiez.

https://www.youtube.com/watch?v=LuFk_P7C_40

Mario Maeso

Músico, compositor y productor franco-uruguayo radicado en Barcelona, Mario ha recorrido Europa y Latinoamérica en los últimos años.
Ahora regresa con SECRETITOS I, su segundo opus, un disco intimista, en formato guitarra y voz.
Las canciones de este disco van desde la bossanova, pasando por el reggae, funk, candombe, hasta el pop, jazz y la canción francesa, en una conjunción singular, algo tan propio de este cantautor.

http://mariomaeso.es

Arthur des Radis

Con la meta de seguir transmitiendo su pasión por la canción francesa, este creativo cantante francés escribió un show poco tradicional. En el tiempo de una clase, Arthur se pone en el papel del Profesor des Radis para explicarnos a través de la música los misterios del idioma de Molière. Un show musical que permite a los hispanohablantes sumergirse en la canción francesa, descubriendo su sentido y emociones. En esta Re-creativa clase de francés, le professeur des Radis nos invita a viajar en su “Douce France” que lo vio crecer. Un concierto lleno de magia y risas. Una manera distinta de aprender el idioma de l'Amour y tomar su Première leçon de français.

Narcolina Indie Power

Du rock bien français pour clore cette journée!

www.narcolina.bandcamp.com

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Section locale de Buenos Aires
commenter cet article
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 00:01
Les petites pépites de la Grande scène ouverte du 24 septembre (première partie)

Voici les différents artistes qui se produiront sur la scène extérieure de notre évènement ce samedi 24 septembre.

Alex Dionesalvi

"Entre Montmartre y Saint-Germain-des-Prés"

Alex interpretará canciones de la época de oro del repertorio francés. No faltarán algunos de los grandes clásicos.

Desde el año 2010, integra la Agenda Cultural en todas las ediciones de Viví Francia en Buenos Aires.

https://www.facebook.com/plusque.chanson?fref=ts

Fedecki

Avec sa guitare, ses textes et ses compositions, Romain nous emmène dans son univers, on l'écoute en pensant à toutes ses influences qu'il sublime à travers ses propres créations.

https://soundcloud.com/fedecki/sets/fedecki

Dúo La Teka

Integrado por Lucie Delahaye, guitarrista francesa y Daniel Romero, guitarrista cuyano.

Este dúo de jóvenes músicos ofrece un espectáculo deslumbrante de Tango, Folklore y música francesa. Buscan transmitir y compartir un repertorio antiguo, tradicional y diverso, con interpretaciones propias y actuales.

https://www.facebook.com/duolateka/?fref=ts

Horacio et Leonardo Cervàn

Ecouter Brassens comme si on y était (swing de guitarre compris) avec des textes traduits par l'interprète en espagnol. Pour les amoureux de chanteur incontournable, un véritable délice. Gare au Gorille! C'est comme si on y était.

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Section locale de Buenos Aires
commenter cet article
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 00:18
Grande scène ouverte 24 septembre, deux expositions de photos

Lors de notre "Grande scène ouverte", nous exposerons le travail de deux photographes.

Celui de Maria Marta Escalante sera visible à la bibliothèque et celui de Graziella Riou dans le Salon d'usage multiple ( SUM) du collège.

Voici une petite présentation de leur travail. Elle seront présentes pour répondre à vos questions ( horaires encore à déterminer).

Maria Marta Escalante

PARIS AU QUOTIDIEN

Maria Marta Escalante est professeur et traductrice de français. Elle enseigne la langue depuis plus de 20 ans. Parmi ses travaux en traduction, « le Choc du numérique », du sociologue et artiste franco-canadien Hervé Fischer, et le film « Ma fille » d´Enrique Stavron. Elle chante en plusieurs langues et joue du « charango ». Elle s´approche de la photographie de manière intuitive, à la recherche de détails esthétiques inaperçus et motivants. Elle considère la France la « Patrie de son cœur », et cette exposition-causerie audio-visuelle consacrée à Paris nous montre son regard intimiste sur la ville aimée.

Cliquez sur:

https://www.facebook.com/Punto-Coma-Arte-Vida-Fotos-de-Maria-Marta-Escalante-Real-867684253252807/?fref=ts

Graziella Riou

Photographe et journaliste professionnelle depuis 30 ans, j'ai débuté comme dans un laboratoire auprès d'un maître d'apprentissage. J'ai ensuite été journaliste/photographe et pigiste pour la presse écrite locale et nationale, (journaux et agences : Le Figaro, Le Parisien, Le Moniteur, Les Echos, l’AFP…), ainsi que pour des agences institutionnelles et leurs clients.

De 2003 à 2013, j'ai créé et animé mon propre journal sur Internet "Boocan.com", un des tout premiers pure players payant destiné à un lectorat politique et institutionnel.

Aujourd’hui je me consacre à mes deux passions, l’écriture au long court et la photo à travers plusieurs expositions individuelles et de groupe en France et en Argentine.

D’année en année, mon appareil photo est devenu l'extension de mon bras et je ne sors pas sans l'avoir avec moi que ce soit pour des déplacements privés ou professionnels. Journaliste de terrain, la photo a toujours fait partie intégrante de mon métier… et de ma vie…

www.riou.photo

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Section locale de Buenos Aires
commenter cet article
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 14:02
Grande scène ouverte 24 septembre

Pour une journée, notre "Scène ouverte" deviendra une "Grande scène ouverte". Notre section de Français du monde-ADFE de Buenos Aires, en association avec le Collège franco-argentin, le Petit mercado et dans le cadre de la semaine de Vivi Francia organisée par la chambre de commerce franco argentine vous propose une journée entière consacrée à tout ce qui se fait de français à Buenos Aires.

Un programme alléchant: musique, conférence, défilé de mode, actvités culturelles, contes, expositions, gastronomie...vous aurez vraiment l'embarras du choix!

Nous vous attendons nombreux!

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Scène ouverte
commenter cet article
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 12:55
France connect

FranceConnect est un système d’identification et d’authentification offrant un accès universel aux administrations en ligne. Lancé en mai 2016, il a déjà séduit 100 000 utilisateurs. Retour sur ce nouveau service en plein essor qui simplifie la vie de l’usager et offre un service public « tout en un ».

Lire la suite:

http://www.francais-du-monde.org/2016/08/24/acceder-aux-administrations-ligne-franceconnect/

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Actualités
commenter cet article
8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 12:52

« Rassemblés au sein de Français du monde-adfe, association ancrée dans des valeurs de justice, de solidarité, il nous revient de rester mobilisés pour dénoncer les clichés sur l’étranger envahisseur, pour agir avec toutes les organisations qui prennent en charge l’exil douloureux des réfugiés, pour presser les gouvernements de l’UE de prendre des décisions politiques et humanitaires en adéquation avec l’ampleur des drames humains, politiques et économiques que nous traversons. » C’est ainsi que Gérard martin, secrétaire de l’association a terminé son introduction à l’Assemblée générale 2016 à laquelle ont assisté plus de 120 personnes venues des 5 continents.

Lire la suite:

http://www.francais-du-monde.org/2016/08/29/rencontres-associatives-2016-programme-charge/

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Français du monde
commenter cet article
31 août 2016 3 31 /08 /août /2016 00:39
Revoir "La Historia oficial" et voir "En ausencia" de Lucia Cedron

A ne pas rater ce vendredi 2 septembre à l'Alliance française de Buenos Aires.

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Argentine
commenter cet article
18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 00:49

Assemblée générale de la FAPEE (8 juillet 2016)

Jean Yves Leconte , sénateur des Français établis hors de France.

(Éléments évoqués lors de mon discours d’accueil des délégués à l’assemblée générale)

Comme chaque année au début juillet, j’ai été très heureux d’accueillir la FAPEE -Fédération des Associations de Parents d’Élèves à l’Étranger-, au Sénat pour leur assemblée générale, qui s’est tenue vendredi 8 juillet. Celle-ci regroupe les représentants des Associations de parents d’élèves, souvent gestionnaires, de très nombreux établissements français à l’étranger.

L’implication des parents, dans le développement de nos établissements scolaires français à l’étranger, est un atout majeur pour ceux-ci. Avec la mobilisation de l’ensemble des communautés scolaires, elle assure à nos établissements la capacité de répondre au plus près des besoins des élèves et garanti leurs caractères multiculturels qui constituent à la fois leur principal atout et leur identité.

Cette implication des parents dans la vie des établissements s’accompagne aussi d’une participation financière de plus en plus importante pour assurer aux lycées les moyens de répondre aux besoins en scolarisation toujours croissants, malgré une baisse de la subvention publique. Nos établissements scolarisent tous les ans autour de 9000 élèves de plus (à peu près 400 nouvelles classes). La hausse des frais de scolarité est donc inéluctable.

Au cours de la période récente, trois faits nouveaux me préoccupent particulièrement :

  1. La baisse très significative de la subvention publique de l’AEFE, de 16 M€ à la suite de l’adoption de la loi de finance 2016. Nous avons essayé, ici au Sénat, de l’éviter mais sans succès. Ceci a conduit immédiatement l’AEFE à effectuer des prélèvements sur les fonds de réserve des établissements en gestion directe (EGD), à hauteur de 10 M€, et d’augmenter de 10 M€ la participation des EGD à la rémunération des enseignants résidents (enseignants payés ensuite directement par l’AEFE). Ces deux décisions, qui pourraient se reproduire en 2016 s’il devait y avoir une nouvelle baisse de la subvention publique, engendrent deux types d’inquiétudes. D’une part les fonds de réserve des EGD ont été constitués grâce aux frais de scolarité payés par les familles concernées afin de répondre au besoin de financement d’un investissement considéré comme nécessaire dans l’établissement où leurs enfants sont scolarisés. L’inquiétude engendrée par cette décision est que si l’AEFE absorbe cette réserve pour faire face à la baisse de ses crédits en 2016, ce sont investissements programmés et partiellement payés par les parents qui pourraient être remis en cause ou retardé. Ceci constitue l’appréhension majeure des familles des établissements qui ont vu leur fonds de réserve prélevé parfois de montants importants (jusqu’à 1 M€). D’autre part, l’augmentation de la remontée de la participation à la rémunération des résidents, si elle peut, sur une année, être éventuellement absorbée par le fonds de réserve, augmente mécaniquement les coûts de fonctionnement de l’établissement : cela aura à terme un impact sur les frais de scolarité. Affirmer autre chose, comme cela a été fait en fin d’année dernière par plusieurs responsables lors de la discussion budgétaire, n’est pas sérieux.
  1. La question de la sécurité est devenue majeure, pour l’ensemble des établissements. C’est un fait nouveau car auparavant il y avait des pays qui faisaient face à des situations sécuritaires exigeant des mesures et des investissements spécifiques, mais ceci ne concernait finalement qu’un nombre assez restreint d’établissements. Je pense par exemple à Bamako au début 2013. Mais la nouveauté de l’année 2015, c’est que le niveau de risque est tel qu’il exige partout une revue systématique des points faibles des établissements, car la menace, sans être égale partout, est globale. Ceci impose parfois des exigences en investissements et en personnels, pour assurer la sécurisation des emprises. Dans tous les cas, ce sont de nouvelles dépenses qui devront être rapidement mises en œuvre alors que le budget de l’AEFE est en baisse. Ceci se fera donc principalement grâce à la participation des familles.

Pour l’instant, malgré des demandes répétées, nous n’avons ni liste exhaustive, ni évaluation des coûts des opérations de sécurité qui ont été considérées comme indispensables depuis le début de l’année scolaire. Il faudra que ceci soit connu avant la prochaine discussion budgétaire.

J’ai noté aussi que parfois les parents d’élèves dans des établissements hors des capitales avaient des inquiétudes sur la qualité du suivi fait par les ambassades sur les questions de sécurité. En cas d’inquiétude de cette nature, il est important de nous le signaler. Toutefois, quoi qu’il arrive, il est préférable éviter toute communication publique sur les inquiétudes et surtout sur les points faibles d’un établissement.

  1. Les besoins en enseignants titulaires. Avoir des enseignants titulaires est une condition du maintien du réseau de l’AEFE comme réseau d’enseignement français. Mais il n’y a pas d’académie pour l’étranger et nous sommes donc tributaires des personnels inscrits au rôle des académies, en France. Nous avons constaté trois nouvelles situations :
  • Une aggravation des refus de détachements pour des départs vers l’étranger. La situation n’est pas nouvelle, mais est de plus en plus sensible dans les académies en déficit d’enseignants. Il convient toutefois de noter que pour éviter ceci, il est important de faire les demandes de détachement le plus tôt possible. Pas en mai ou en juin…
  • De très nombreux refus de renouvellement de détachement (ou même de disponibilité) pour des enseignants résidents, parfois installés à l’étranger depuis fort longtemps : ces situations déstabilisent les personnels mais aussi les établissements.
  • La mise en place d’une exigence de deux ans en fonction comme titulaire dans l’académie d’origine après le passage du CAPES par un recruté local (Qui sont souvent appelés « néo-titulaires »). Ceci a fait l’objet d’une question écrite de ma part. C’est important compte tenu de la gravité de cette décision pour l’équilibre familial des familles des personnes considérées mais aussi pour la progression de carrière des recrutés locaux, qui souvent ne s’engageraient probablement plus dans cette démarche de titularisation si l’éloignement de leur famille et de leur lieu de vie habituel durait trois années -et pas une seule comme actuellement- et qu’ils n’y avaient plus la garantie d’être ensuite détaché auprès de leur établissement d’origine.

Ces situations ont fait l’objet de très nombreuses interventions au cours de la dernière période. Ceci est particulièrement déstabilisant pour les établissements scolaires qui, se rendant compte de l’impossibilité de disposer d’enseignants, bloquent en conséquence des projets d’agrandissement. On voit aussi des conseils de gestion envisager de restreindre progressivement l’accès des établissements aux seuls Français, ce qui serait destructeur pour leur stabilité, et violerait la double mission du réseau.

Il est regrettable que la priorité à l’éducation n’ait pas véritablement franchi les frontières de la France. Nous subissons aujourd’hui un frein au développement du réseau, ses acteurs sont fragilisés, alors que les besoins d’enseignement français dans le monde sont pourtant en croissance.

Il y a un réel problème de vocation pour la profession d’enseignant en France: nous en payons les conséquences. Dans certaines académies et matières, ce sont 70% des postes ouverts qui restent vacants après un concours… A l’étranger, cette situation menace l’avenir du réseau. En France, c’est aussi un sujet majeur. Plus que sur des réformes pédagogiques, c’est sur ce point que la priorité devrait être donnée au cours des prochaines années. Ne pas disposer aujourd’hui, dans la situation de chômage de notre pays et alors que beaucoup des personnes en recherche d’emploi sont bien formées, d’un nombre de personne suffisant ayant la vocation de l’enseignement est un drame national.

Enfin, il y a toujours la question de l’accès à nos établissements par les familles françaises. Il y aura moins de crédit pour les bourses au budget 2016 qu’au budget 2012, ce qui, conjugué aux évolutions des frais de scolarité -5% en moyenne par an-, doit nous conduire à constater que beaucoup reçoivent aujourd’hui moins qu’auparavant et que cela conduit à des déscolarisations : ce sujet est très sensible lors des permanences que je peux faire à l’occasion de mes déplacements.

Avec le nouveau système, nous avons un système d’enveloppes limitatives qui, si elles sont toujours respectées, doit, sur la base du principe que la somme des valeurs absolues est toujours supérieure à la valeur absolue de la somme, conduire à disposer après les commissions de crédits non utilisés… et donc d’inciter à une baisse de crédit l’année suivante. Il est donc essentiel que les commissions locales de bourses, en cas de besoin, dépassent les enveloppes limitatives, tout en le justifiant très précisément. Ceci a été dit lors des réunions de l’AFE par des responsables de l’AEFE et de la DFAE, et doit pouvoir être mis en application dans les postes où le dialogue de gestion n’a pas permis d’aboutir à une enveloppe répondant aux besoins estimés.

Une autre difficulté nous attend. L’Euro est plus faible, et cela va impacter notre capacité d’action. Le décret de juin qui prévoit 20,8 M€ d’annulation de crédits pour le programme 151, principalement au titre des bourses scolaires pourrait être ressenti durement. Cette annulation de crédit ne signifie pas qu’il y aura une baisse automatique des quotités, mais elle traduit la liquidation de la « marge de sécurité » que l’AEFE avait progressivement constituée en jouant entre les budgets votés par années calendaires et les engagements pris, lors des commissions de bourses, par année scolaire. Il y eu de nombreuses années où plus de quatre mois du début d’une année scolaires furent financés sur le budget de l’année calendaire de la première partie de l’année scolaire, ce qui libérait alors quelques crédits pour l’année scolaire et calendaire suivante… Cette « réserve de sécurité » permettait de prendre sans trop de risque des engagements en juin de l’année (n) pour l’année calendaire (n+1) : ceci risque d’être plus compliqué maintenant.

Une dernière remarque : il ne faut pas céder au découragement de l’observation de frais de scolarité en augmentation exponentielle. Une scolarisation à l’étranger (frais de scolarité payés par les familles, subvention publique, contribution éventuelle des Etats de résidence) reste très inférieure (autour de 20%) au coût d’un élève pour l’éducation nationale, en France. C’est donc le désengagement de l’Etat conjugué à la croissance des effectifs autour de 9000 par an (avec les investissements immobiliers que cela exige). Mais cette remarque souligne qu’il existe, sous condition de bonne gestion, une limite à la croissance des coûts et qu’une politique d’accompagnement de ceux-ci est possible.

Cette politique sera sans doute au cœur des débats de la prochaine élection présidentielle. Tant en 2007 qu’en 2012, notre réseau a dû mettre en œuvre des politiques qui étaient le fruit d’engagements pris lors de l’élection présidentielle. A chaque fois, il y a eu des décalages entre les engagements et leur mise en œuvre. Si cela donne plus de moyens au réseau, c’est bien. Mais il ne faut pas que cela le déstabilise comme cela a été le cas en 2007. Car nos établissements, s’ils ont besoin de moyens, ont d’abord besoin de lisibilité et de stabilité. Ils ont besoin d’une AEFE qui développe une politique prévisible, en contractant avec les établissements des plans de développement sur plusieurs années. Il faut donc veiller à ce que les engagements qui seront pris en 2017 soient compatibles avec cette exigence. Dans ce cadre, il est important que les conseillers consulaires soient impliqués, qu’ils comprennent la gestion de nos établissements, connaissent les préoccupations des parents d’élèves et des associations gestionnaires, et veillant à ce que leur traduction politique soit la plus adéquate possible.

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Enseignement
commenter cet article
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 01:11
TECHO, une organisation pour les familles vivant en extrême pauvreté

Nous vous présentons l'organisation sociale TECHO.

Qu’est-ce que TECHO ?

Aujourd’hui, en Argentine, 532.800 familles vivent en situation d’extrême pauvreté et d’urgence habitationnelle.

TECHO, organisation sociale qui opère dans 19 pays d’Amérique Latine et des Caraïbes, cherche à améliorer les conditions de vie extrêmement précaires de milliers de personnes, à travers l'action conjointe des habitants et de jeunes volontaires dans les quartiers informels, en y construisant des logements d’urgence.
Quelle est notre proposition pour vous ? A venir construire, en famille ou entre amis, et à connaître l’une de ces familles, qui bénéficiera du logement TECHO ! La "Construcción con Familias" est une opportunité de volontariat au cours de laquelle un groupe familial ou d'amis (idéalement entre 6 et 12 personnes) participe durant un week-end entier à la construction d’une maison et réalise une donation pour le financement du matériel de construction. L’activité n'est limitée ni en termes d'âge, ni en termes d'aptitudes à la construction, ni même à la barrière de la langue, sinon à l'envie de s'impliquer, d’aider et de lier un temps votre destin familial ou amical à celui d’une autre famille.


Quand ? Nous vous attendons le 17 et 18 décembre 2016, pour une expérience inoubliable.

Pour plus d’information, rendez-vous sur la page internet:

https://sites.google.com/a/techo.org/construccion-con-familias/. N´hésitez pas à nous contacter par mail à l’adresse:

familias.buenosaires@techo.org.

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Argentine
commenter cet article
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 01:20
Fascination ( Danser Phèdre) obra de teatro y danza

Fascinación (Danser Phèdre), es una obra de teatro y danza inspirada en la tragedia clásica Fedra de Racine (siglo XVII) que se presenta los miércoles de agosto en Ciudad Cultural Konex. Luego de su estreno en la Casa Argentina de Paris, Fascinación (Danser Phèdre) llega a Buenos Aires para ser interpretada por La Soga de Ulises, compañía teatral formada por artistas argentinos residentes en el exterior.

Con una puesta contemporánea, acompañada de música en vivo, su directora Romina Ardalla se sirve de diversos lenguajes para descubrir la esencia de esta historia de deseo, calumnia y violencia que ha fascinado a la humanidad desde la antigua Grecia hasta nuestros días.

https://www.kisskissbankbank. com/es/projects/fascinacion- danser-phedre-buenos-aires- 2016

facebook: La Soga de Ulises

Repost 0
Published by FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Argentine
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de FrançaisduMonde section de Buenos Aires (Argentine)
  • Le blog de FrançaisduMonde section de Buenos Aires (Argentine)
  • : Ce blog s'adresse plutôt aux Français vivant à l'étranger dont, plus particulièrement, ceux installés à Buenos Aires en Argentine
  • Contact

Français du monde-ADFE pour le cône sud

Logo 2012

 

 Circonscription du cône sud:

 

Argentine, Chili, Paraguay et Uruguay

Recherche